lundi 22 avril 2019

Exemple dissertation sur la réforme administrative


L’introduction :
L’administration est un action de gérer une entreprise  qu’elle  soit privée ou publique , a un but lucratif ou associatif , alors que la réforme administrative est un sujet qui fait dépenser beaucoup d’effort chaque année pour l’Etat marocain ainsi qu’autres pays pour ajuster leurs gouvernances aux nouvelle conjonctures économique ,politique et sociale  .
Dans un environnement économique, social  ou le changement devient nécessaire et la stabilité l’exception. A l’instar d’autre pays à  travers le monde,  le Maroc a entrepris, depuis les années 80, un vaste programme d'ajustement structurel ayant pour objectif le rétablissement de la stabilité du cadre macroéconomique.
En dépit, L'administration marocaine a connu  de nombreuses réformes au cours de cette décennie, l'action de l'administration et son mode de fonctionnement font l'objet de critiques  tant de la part de ses usager qui sont très exigeants et sont informés par ses droits et ses obligations  .De ce fait, on peut s’interroger par la question suivante : quels sont les principaux défis dont l’administration publique doit y tenir compte  pour arriver à une réforme administrative dont les citoyens  s’attendent ?
Pour donner à notre question une réponse exacte, il est logique et primordial de citer dans une première partie les défis dont rencontrés l’administration publique pour  y arriver à une réforme administrative  parfaite, avant de présenter dans une deuxième partie les principaux discours royales dans lesquels sa majesté le roi MOHAMAD VI à insister directement et indirectement  sur la réforme de l’administration publique.

Plans :
I- Les défis dont rencontre l’administration publique

1- Les défis économiques
2- Les défis sociaux et politiques

II- Les discours royaux concernant la réforme administrative 

1- Le dernier  Discours royale concernant la réforme administrative
2- Le message  royal concernant la proximité de l’administration publique : La régionalisation avancée


I- LES DEFIS: 

    Pour mettre en place  des  actions de réforme à court, à moyen et à long termes, l’Etat      marocain doit prendre en considération  les  défis auxquels notre pays est confronté. Les principaux défis auxquels l’Etat marocain doit prendre en considération sont :les défis économiques , sociaux et politiques .

1- Les défis économiques et la mondialisation 

l’administration marocain doit agir sur plusieurs fronts à la fois : face aux contraintes financières croissantes et au poids de la dette publique, il lui est demandé de faire mieux et plus avec moins de ressources.

 Dans un environnement économique où désormais, le changement devient la règle et la stabilité l'exception, il lui est également demandé d'ajuster ses missions et ses structures au nouveau rôle de l'Etat, de maîtriser les incidences de la politique de libre échange et de la mondialisation et de contribuer à l'amélioration des performances de J'économie nationale.

 Améliorer les performances de l'économie, cela veut dire procurer à nos entreprises les moyens de croître en leur offrant l'appui financier, le conseil et l'information sur les opportunités d'affaires sur le plan local, national et international.

 Pour cela, notre administration est appelée à repenser son infrastructure organisationnelle d'encadrement des entreprises, selon une approche stratégique, avec un accent particulier sur le développement de nouveaux modes de prestations de services, l'investissement dans les réseaux d'entreprises, l'établissement de rapports nouveaux de confiance et de progrès entre les entreprises et les institutions bancaires et financières et une définition plus précise de ce que doit être la valeur ajoutée des administrations dans l'aide qu'elles apportent aux entreprises.

2- les défis sociaux  et politiques  : 

L’administration marocaine  devra jouer un rôle de plus en plus important en matière de cohésion sociale.  Instrument de régulation, l'administration peut aussi intervenir directement pour veiller à l'égalité des chances entre les citoyens, combattre les inégalités sociales et protéger les plus faibles.  L'essor de la société civile et des organisations associatives ne peut, dans une période de crise, à lui seul servir de solution ou de prétexte pour le désengagement des services publics lorsqu'il s'agira de lutter contre les effets du chômage, l'exclusion des catégories sociales fragiles ou la lutte contre l'analphabétisme et la pauvreté.

Dans le cadre politique, La protection des droits du citoyen dans ses rapports avec l'administration est une action de longue haleine dont le rythme et l'aboutissement dépendent surtout de notre tradition et de notre culture.

Passer du stade du simple administré pour accéder au rang de citoyen bénéficiaire de nouveaux droits est un véritable saut qualitatif qui appelle un changement en profondeur des mentalités, tant du côté des fonctionnaires que des citoyens usagers eux-mêmes.  Les uns doivent s'interdire de se réfugier dans les comportements régaliens, les autres doivent sortir de leur attitude passive pour devenir des partenaires à part entière.

En somme, pour  améliorer les conditions économiques, sociales et politiques   d’un  pays en général et celles des populations les plus vulnérables en particulier, l'administration doit  être un facteur de régulation en accordant plus d'intérêt aux défis économiques, sociaux et politiques.



I- Les  discours royal concernant la réforme administrative : 

Notre souverain le roi Mohamad VI a insisté en pas mal de ses  discours  officiels , l’importance de la réforme administrative  ainsi que la décentralisation  de l’administration publique de centre vers le local comme  étant la base de la réforme administrative.

1- Le dernier  Discours royale concernant la réforme administrative 
Dans un message adressé aux participants au Forum national de la Haute Fonction publique, qui a ouvert ses travaux mardi 13 février  à Skhirate, à l’initiative du ministère de la Réforme de l’administration et de la fonction publique, le Souverain a souligné que l’administration marocaine, qu’elle soit centrale ou locale, aborde un tournant majeur, qui exige que ses responsables s’impliquent avec vigueur dans la dynamique de changement économique et social que connait le Royaume.
Le Roi a indiqué dans ce message, dont lecture a été donnée par le Conseiller du Souverain, M. Abdeltif Manouni, qu’une réforme de l’administration était nécessaire afin de hisser sa productivité à des niveaux supérieurs et l’infléchir pour qu’elle s’adapte aux changements intervenus à l’échelle nationale, qu’elle assimile les dynamiques d’évolution à l’œuvre au niveau mondial, et qu’elle contribue à relever les défis de développement auxquels est confronté le Maroc.
« Pour notre pays, le choix est stratégique dans la mesure où une telle orientation permettra indéniablement d’asseoir les fondements du modèle de développement que Nous appelons de Nos vœux. Ainsi, l’Administration pourra élaborer et développer, dans des domaines variés, des politiques publiques efficaces et efficientes », a assuré le Souverain.
Le Souverain a rappelé, dans ce cadre, que depuis son accession au Trône, il a œuvré à la mise en place du nouveau concept d’autorité, veillé à ce que le principe de bonne gouvernance soit inscrit au cœur de la Constitution comme une condition préalable à l’organisation et à la gestion du service public, et s’est attaché aussi à rendre opérationnel le principe constitutionnel de corrélation entre responsabilité et reddition des comptes.
Le Roi a, à cette occasion, appelé à l’adoption de la Charte des services publics, prévue par la Constitution et qui, dotée d’un caractère contraignant, doit devenir la référence fondamentale en matière de bonne gouvernance, de gestion des administrations publiques, des collectivités territoriales et des services publics.

2- Le message  royal concernant la proximité de l’administration publique : La régionalisation avancée 
pendant cette dernière décennie le Maroc a entamé des projets et des plans de grande envergure qui touchent à tous les secteurs et les domaines d’activité mais ils n’ont pas pu atteindre les résultats escomptés, la cause principale c’est que ces stratégies ont été parachuté du centre vers le local et n’ont pas parvenus  de ce dernier , ils ont été territorialisées et non pas conçu  selon une approche territoriale , donc on déduit que le territoire a été et restera l’origine du problème du développement socio-économique au Maroc , le Maroc aujourd’hui est devenu conscient de cette réalité, c’est dans le territoire où réside le problème et dans le territoire où il y a la solution , à partir de ce temps le Maroc a décidé de faire du territoire le moteur et l’origine du développement, c’est dans ce cadre où Sa Majesté le Roi Mohammed VI a lancé le grand chantier de la régionalisation avancée faisant de la région un cadre spatial favorisant un développement socio-économique équilibré tout en comptant sur ses propres potentialités et compétences.

Conclusion 
 Il nous a parait en définitive qu’à l’instar de toute administration dans le monde, l’administration marocaine pour  s’arriver au niveau administratif  souhaité, il lui  faut  résoudre en premier lieu les défis qui cassent son réussite.
Relativement à sur ce point  sa majesté le roi Mohamad VI  ne cesse pas à  insister dans leur discours l’obligation de réformer l’ administration publique , sachant que toute fois , sa majesté y insiste , il ajoute le concept de   la reddition des comptes  .De ce fait , on s’interroge  par la question suivante quelle est la relation entre la reddition des comptes et la réforme de l’administration publique ?




Source | Cours fsjes
logoblog


Previous
« Prev Post

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire